top of page

Praxis • Graphie

Yann
Aucompte

Journal
de recherche
*

Le modèle de l'auteur est aujourd'hui devenu la représentation dominante pour comprendre les activités de design graphique. Cependant les praticiens décrivent, eux-mêmes, leurs activités comme semées de remises en question, de contraintes
et d'influences externes. L'
éthique apparaît plus pertinente pour comprendre leurs relations au monde, car les praticiens tirent leur puissance d'agir de leur environnement : social, culturel, patrimonial, professionnel, symbolique, etc.

Dans les relations diplomatiques les plus courantes du monde
du travail le graphiste est cantonné à un stylisme. Or les designers aspirent souvent à plus de pouvoir sur les structures des documents qu'ils et elles produisent. La liberté d'action n'est plus de choisir
la forme des contenus, mais d'être l'éditeur ou le curateur des objets qu'ils 
et elles conçoivent. Au fond, cette aspiration vient à tout ceux qui pratiquent ce métiers avec le rôle organique et historique
du design graphique dans nos sociétés.

L’objet du graphiste est en fait bien plus vaste que dans le choix d’options visuelles, marginales : il est relatif à toutes les inscriptions graphiques. Si le graphiste est donc celui ou celle qui travaille avec la graphie, il est alors assez proche des notaires, écrivains publics, avocats, imprimeurs, scribes, etc. Avec ce constat à l'esprit, que recouvre cette activité de designer des inscriptions ? Que se
passe-t'il lorsqu'il faut négocier 
les formes des inscriptions qui sont censées donner de l'autorité aux textes et aux images ? Qu'implique de participer à l’apparaître du pouvoir lorsque l'on prétend vivre en démocratie ? Quelle part peut prendre le designer d'inscription dans une société en descente énergétique, aux prises avec des transformations écologiques sans précédents ?


Philosophie
d'enquête


Circulation

des idées


Écologies
des arts


Étude
des institutions

Yann Aucompte | chercheur


Biographie


Yann Aucompte est professeur agrégé de Design et métiers d'art, il enseigne au Lycée Jean-Pierre-Vernant de Sèvres en DNMADe Graphisme. Il est docteur en esthétique, sciences et technologies des arts de Paris 8. Sous
la direction de Roberto Barbanti, sa thèse a porté sur le design graphique français et s’intitule

La diversité éthique des pratiques de graphisme en France au tournant du XXIe siècle.
Il est membre du collectif international
et inter-disciplinaire Arts Transitions Écologies.


Contacts

bottom of page